Caferacer...

Publié le par Joss

  Je viens de me rendre compte: depuis le debut, y a des trucs, des articles en réalité, qui parlent de caferacer, avec des photos et tout. D'accord, pas de problemes, personne ne s'est plaint. Encore heureux.
  Oui mais bon, c'est QUOI un caferacer? Ben oui, c'est un peu comme de parler de convention de quasi-usufruit sur des valeurs mobilières : la première fois qu'on en entend parler, on hoche poliment la tête, en faisant celui ( ou celle, pas de discrimination) qui a compris, mais bon, hein...

  Donc le caferacer, qu'est-ce que c'est ?
  Eh bein c'est pas tres compliqué en fait. Tout a commencé en Angleterre, chez nos amis les Grands-Bretons, avec ce qu'ils appelaient les "short circuits", qui étaient de courtes courses ( urbaines pour la plupart) d'environ 4 tours. Oui mais ces petites courses, urbaines donc, n'etaient pas encadrees, pas officielles : elles avaient lieu sur des motos d'origine, c'est à dire celles que les participants achetaient dans les magasins, et avec lesquelles ils roulaient tous les jours pour aller au boulot, aux p*tes,... Bref, des motos ordinaires, tres legerement modifiées : des guidons plus bas, pour une meilleure penetration dans l'air, des pots un peu plus vides pour "libérer le moteur", bref, rien de fantastique.

                                                   


  Nous sommes donc apres la 2nde GM, là où l'angleterre se reconstruit suite aux bombardements, et là où le rock'n'roll commence àse faire entendre. Londres se refait une beauté, et par la meme occasion repense son reseau routier : de grandes avenues ou arteres, telles North Circular Road ou South Circular Road. Et le long de ces routes, de nombreux Cafés. Dont le tres celebre (dans le milieu motard) Ace Cafe London, là où beaucoup de racers se retrouvaient pour boire des pintes de brune...

                                            


  Ainsi donc, nos chers Rosbeefs, galvanisés (si vous me passer l'expression, comme l'a dit Churchill à son majordome) par le rock'n'roll et l'image de rebelle qu'il vehicule, se retrouvaient dans ces cafés pour se tirer la bourre sur ces arteres londoniennes, poussant parfois meme l'aventure jusqu'à Bighton (pour ceux qui savent pas où c'est, regardez sur une carte...). Mais la plupart du temps, il allaient de cafés en cafés, faisant rugir leurs moteurs anglais (donc, therefull, pissant l'huile, c'est bien connu).... D'où leur surnom de caferacers... Elementaire mon cher Watson...

                                       

Et leurs motos dans tout ça? Eh bien il ne faut pas oublier que nous somme en Angleterre, juste apres la 2nde GM, donc les motos anglaises ont la côte, et les jeunes du boulot. A la base, on trouve surtout des BSA et des Triumphs comme celles ci :

                                   

Ou comme celle là (meme si les photos ne sont pas d'époque, on voit bien ce que ça representait):

                            

Des machines splendides (Gout personnel, vous savez ce qu'on dit), et , comme dit plus haut, presque d'origine.
Mais on trouvait aussi des becanes un peu hybrides, nommées Bitza: elles sont composées de pieces issues de motos de marque different, et les plus celebres (et les plus jolies) sont sans aucun doute les Triton: cadre Norton et moteur Triumph, reservoir en alu. Le tuning de l'époque en quelque sorte... De pures merveilles:

                                     

 Aujourd'hui la mode revient aux caferacer, depuis quelques années en fait. Ben oui, le vintage est au goût du jour, c'est hype et fashion. Pourquoi pas. En fait si c'est pas plus mal, et tout cas, c'est plus mieux que plus mal, comme dirait l'autre...

Donc voilà, c'est à peu pres ça des cafe racers, des bécanes anglaises transformées (Norton, Triumph ou BSA pour ne citer que les plus connues), et surtout, à l'époque surtout, un état d'esprit tres rock'n'roll, un rien rebelle, non conformiste en tout cas...

Publié dans caferace

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

François 03/03/2006 01:47

Bravo et merci pour ce petit tutorial façon "les caferacers pour les nuls". Bah moi je m'endormirai moins bête ce soir et chui ben content.
Je comprends d'où te vient cette passion mon Joss. Chapeau bas, bel article ;)